La conversion radicale de Saint Germain l’Auxerrois

800px-Vitrail_de_Sainte-Geneviève_Saint-Julien-du-SaultGermain était né en 380 à Auxerre même, dans une famille de l’aristocratie gallo-romaine. Il avait passé sa jeunesse à Rome où il avait fait des études de droit pour devenir avocat.
De retour dans sa cité natale, il s’était marié à Eustachia et il commandait les troupes de tout le pays qui s’étend de la Garonne à la Seine. Il aimait les plaisirs et menait une vie dissipée.
En outre, il pratiquait les arts cynégétiques avec une si violente passion qu’il suspendait aux arbres d’Auxerre les têtes des bêtes abattues, comme des trophées. De caractère colérique, d’une grande force physique, il faisait régner la terreur sur ses terres et sur ses sujets.
Saint Amathor, Evêque d’Auxerre, s’émut du comportement brutal de Germain qui se prétendait chrétien : il lui ordonna, en guise de pénitence, de cesser la chasse inutilement sanglante qu’il pratiquait.
Furieux, Germain se rendit au palais épiscopal, insulta Amathor et même le menaça de mort. Devant cette rébellion, Amathor obtint de Julien, préfet à Autun, l’autorisation de dompter cette âme rebelle.
Germain fut incorporé de force dans le clergé, tonsuré, en dépit de ses protestations et de ses cris. Mais comme il arrive souvent aux hommes au tempérament entier, Germain finit par se soumettre, accepta sa nouvelle condition, comme touché par la grâce.
Il mit ses forces vives au service des chrétiens. Semblable en cela au Père de Foucauld, il brûla ce qu’il avait adoré, renonça au monde et à son épouse, et il fit édifier, grâce à sa fortune personnelle, sur les bords de l’Yonne, face à l’oppidum d’Auxerre, un monastère où il s’enferma et se livra à la pénitence et aux mortifications pour racheter son passé de pécheur.
Devant un zèle aussi constant, les chrétiens d’Auxerre le choisirent le 7 juillet 418 pour monter sur le trône épiscopal laissé vacant par la mort d’Amathor qui devait être déclaré saint.
[C’est lors de son premier trajet vers la Bretagne, accompagné par saint Loup, évêque de Troyes, qu’il rencontre une petite fille âgée de dix ans, qu’il consacre à Dieu et qui deviendra sainte Geneviève, patronne de Paris]
Joël Schmidt – Sainte Geneviève (2012)

source

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.