10 février 2016. Mercredi des Cendres.


Notre Seigneur Jésus-Christ bénissant. Andrea di Bartolo Solari. XVIe.

Hier le monde s’agitait dans ses plaisirs, les enfants de la promesse eux-mêmes se livraient à des joies innocentes ; dès ce matin, la trompette sacrée dont parle le Prophète a retenti (Voir ci-après l’Epître de la Messe.). Elle annonce l’ouverture solennelle du jeûne quadragésimal, le temps des expiations, l’approche toujours plus imminente des grands anniversaires de notre salut. Levons-nous donc, chrétiens, et préparons-nous à combattre les combats du Seigneur.

Mais, dans cette lutte de l’esprit contre la chair, il nous faut être armés, et voici que la sainte Eglise nous convoque dans ses temples, pour nous dresser aux exercices de la milice spirituelle. Déjà saint Paul nous a fait connaître en détail toutes les parties de notre défense :  » Que la vérité, nous a-t-il dit, soit votre ceinture, la justice votre cuirasse, la docilité à l’Evangile votre chaussure, la foi votre bouclier, l’espérance du salut le casque qui protégera votre tête «  (Eph. VI, 16.). Le Prince des Apôtres vient lui-même, qui nous dit :  » Le Christ a souffert dans sa chair ; armez-vous de cette pensée «  « (I Petr. IV, 1.). Ces enseignements apostoliques, l’Eglise aujourd’hui nous les rappelle ; mais elle en ajoute un autre non moins éloquent, en nous forçant à remonter jusqu’au jour de la prévarication, qui a rendu nécessaires les combats auxquels nous allons nous livrer, les expiations par lesquelles il nous faut passer.

suite (cliquez)

Saint carême à tous. +

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.