Deux ans ferme pour un chat mais du sursis pour avoir assassiné 7 personnes

A l’image de la société française plus prompte à s’émouvoir du sort des animaux que de la banalisation de la culture de mort. C’est ainsi que va la justice française :

« Un homme qui avait transformé un chat en torche vivante avant de le défenestrer d’un 7e étage, au cours d’une soirée de violences envers sa compagne, a été condamné à deux ans de prison ferme (…) Le martyre du chat Griffin, âgé de 6 ans, jeté en feu du 7e étage, avait attiré lundi une foule d’une cinquantaine de personnes au tribunal de Nice, majoritairement des femmes scandalisées par la cruauté du « bourreau ». Une dizaine d’organisations de défense des animaux s’étaient portées parties civiles. L’Association justice pour les animaux avait déposé plainte vendredi, suivie par de nombreuses autres organisations locales ou nationales »

Retour en arrière de quelques mois en octobre 2015 :

« Accusé d’avoir mis fin aux jours de 7 patientes, Nicolas Bonnemaison a été condamné aujourd’hui à deux ans de prison avec sursis par la Cour d’assises du Maine-et-Loire. L’ex-urgentiste bayonnais a été reconnu coupable d’avoir délibérément donné la mort à une patiente, Françoise Iramuno, avec la circonstance aggravante de connaître sa particulière vulnérabilité, mais a été acquitté pour les six autres patients pour lesquels il était jugé »

source

 

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.