La religion conciliaire et la réponse catholique

Il est incontestable que l’Eglise catholique a vu un bouleversement sans précédent pendant le temps qui correspond au déroulement du Concile Vatican II et les réformes qui l’ont suivi. Les faits flagrants et les déclarations des hauts représentants le confirment : lors de Vatican II est née une nouvelle religion qui veut remplacer l’ancienne. Par sa nouvelle doctrine, ses nouveaux sacrements, son nouveau sacerdoce et épiscopat, son nouveau droit, sa nouvelle morale et discipline, une nouvelle nature qui ne garde qu’un ombre de ressemblance avec l’ancienne se voit concrétiser sous l’autorité apparente de sa hiérarchie.

Face à ce bouleversement apocalyptique plusieurs réponses et positions pratiques ont été adoptées. Certains disent que la contradiction n’est que superficielle et qu’il y a un développement homogène entre la doctrine et la pratique préconciliaire et (post)conciliaire. D’autres affirment qu’il n’y a de problèmes qu’avec l’interprétation erronée et la mise en œuvre des réformes conciliaires. D’autres encore reconnaissent plus ou moins un complot moderniste avec la nouvelle religion qui en est sortie, mais en même temps légitiment à tout prix l’autorité de ceux qui la mettent en place. D’autres enfin voient une relation nécessaire entre les erreurs, la mauvaise discipline et ceux qui les imposent et concluent que l’autorité des agents de la nouvelle religion n’est qu’apparente.

Quelle est la nature de la religion conciliaire et ses aspects principaux ? Face à ce problème, quelle attitude devrait-on assumer pour garder la foi intègre et sans tâche ni compromis avec les modernistes ? Dans cette première en français nous allons entendre Monseigneur Donald Sanborn parler de tous ces sujets-là et de beaucoup d’autres choses moins connues. L’émission est présentée par Luc Paczuski.

Ecouter l’émission ici (cliquez)

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.