Les saints Ordres et l’inaptitude canonique

« L’avenir du prêtre lui-même dépend de la formation qu’il aura reçue [dans un Séminaire].

Il est d’une suprême importance qu’après une solide formation classique, les futurs prêtres soient initiés et entraînés à la philosophie scolastique selon la méthode, la doctrine et les principes du Docteur angélique… Un seul prêtre bien formé vaut mieux qu’un grand nombre peu ou point préparés et sur lesquels l’Eglise ne peut guère compter, à supposer même qu’elle n’ait pas à pleurer sur eux »

(Pie XI – Encyclique Ad Catholici Sacerdotii)

Cela va bientôt faire une cinquantaine d’années que les instances de l’Eglise sont occupées par des loups déguisés en agneaux. Le tremblement de terre de Vatican II a ébranlé l’Eglise ; plus le temps avance, plus les ruines s’étendent. La lumière que prodiguait autrefois Rome a fait place aux ténèbres.

Conséquence logique de ce cataclysme : les rares survivants fidèles à Notre-Seigneur, démunis de chefs,  tentent chacun, tant bien que de mal, à voir clair dans ces ténèbres. Hélas, combien réussisent à rester dans le droit chemin ? 

suite (cliquez)

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.