IRAQ: Plus un chrétien à Mossoul; en 2003 ils étaient 35.000

76624534illuminati-jpg

Centro Giuseppe Federici n. 58/14 du 13 juin 2014

Les marionnettistes ont-ils décidé l’avancée des marionnettes? Mgr Nona dénonce le comportement étrange de l’armée irakienne: « nonobstant une présence importante des forces de sécurité, celles-ci ont laissé faire librement sans même esquisser une timide tentative de défense »

Le nouveau calvaire des chrétiens de Mossoul

Nouvelles dramatiques en provenance du nord de l’Irak dont les djihadistes de l’Etat islamique et du Levant ont pris le contrôle, églises les plus antiques comprises.

L’archevêque Nona, successeur du martyr Rahho tué en 2008, déclare: « je n’abandonnerai pas mon diocèse ».

La nouvelle de l’explosion d’une église en construction à l’est de Mossoul circule déjà sur les réseaux sociaux. De même que celle selon laquelle le monastère de Mar Behnam – datant du IVème siècle, un des lieux historiques les plus importants du christianisme assyrien – se trouve déjà entre les mains des milices de l’Etat islamique de l’Iraq et du Levant qui ont pris le contrôle de la seconde ville d’Iraq. De nombreux points d’interrogation s’accumulent concernant le sort réservé aux églises de Mossoul même, abandonnée en toute hâte par le clergé et les fidèles qui, malgré toutes les souffrances vécues par l’Iraq ces dix dernières années, avaient eu le courage de rester. Ils font maintenant partie des centaines de milliers  de personnes en fuite vers le Kurdistan.

Parmi les nouvelles dramatiques arrivées hier de Mossoul se trouve plus particulièrement celle de la communauté chrétienne locale, aux prises  avec le cauchemar d’une milice djihadiste qu’ils connaissent bien et qui a montré dans la province syrienne de Rakka de quoi les djihadistes sont capables. Le mail, expédié hier soir, d’un religieux dominicain de Mossoul à son supérieur provincial donne une idée du climat dramatique qui règne en ce moment dans le nord de l’Iraq: « Je vous écris en pleine situation critique et apocalyptique – peut-on lire dans le message – .La majeure partie des habitants de la ville a déjà abandonné sa maison et s’est sauvée dans les villages; ils dorment à la belle étoile sans rien à manger ni à boire. Des milliers et des milliers d’hommes armés de l’Etat islamique de l’Iraq  et du Levant ont attaqué Mossoul ces deux derniers jours. Ils ont assassiné adultes et enfants. Les corps ont été laissés par centaines dans les rues et dans les maisons, sans aucune pitié. L’armée et les forces régulières ont elles aussi abandonné la ville derrière le gouverneur »». On peut entendre ce cri  diffusé depuis les mosquées : « Allah Akhbar, longue vie à l’Etat islamique »».

 

Le message laisse entendre qu’à Qaragosh – la petite ville la plus important de la plaine de Ninive où de nombreux chrétiens avaient trouvé refuge ces dernières années – la situation est inquiétante. «Qaraqosh – écrivait hier le religieux dominicain depuis le nord de l’Iraq – est submergée par toutes sortes de réfugiés sans nourriture ni abris. Les Check Points et les milices kurdes empêchent les nombreux réfugiés d’entrer au Kurdistan. Ce à quoi nous assistons et que nous vivons ces deux derniers jours est horrible et catastrophique.  Le monastère de Mar Behnam et d’autre églises sont tombée aux mains des rebelles… et maintenant les voilà arrivés ici; ils sont entrés à Qaraqosh il y a cinq minutes. Nous sommes cernés et menacés de mort… Priez pour nous. Désolé, mais je ne peux continuer à écrire… Ils ne sont pas très loin de notre couvent…»

Un autre témoignage tout aussi dramatique nous provient du site français Famille Chrétienne du Père Pius Affas, le curé de l’église syro-catholique de Mar Thomas à Mossoul, exilé désormais lui aussi comme tous les autres: «Je suis toujours resté à Mossoul, même après avoir été emprisonné puis relâché en 2007 – raconte-t-il – . Aujourd’hui serait l’anniversaire de mes quarante deux ans de sacerdoce. Et j’ai dû laisser une église qui a 150 ans d’histoire et un patrimoine chrétien très important que je ne reverrai peut-être jamais. J’ai le cœur brisé. Toutes les églises de Mossoul ont été abandonnées à leur triste sort, même si nous espérons pouvoir revenir. Et c’est un trésor immense car Mossoul a été l’un des premiers centres du christianisme, certaines églises remontent au septième siècle».

Une autre confirmation de la gravité de la situation nous provient de l’archevêque chaldéen de Mossoul, Mg Emil  Shimoun Nona, que l’agence AsiaNews a pu joindre au téléphone. Nona est le successeur de l’évêque martyr Paulos Farai Rahho, enlevé puis assassiné ici par les islamistes en 2008. Lui-même s’est marié dans une localité en dehors de la ville, mais il affirme; «Je n’ai pas l’intention de laisser mon diocèse». «Les gens ont eu très peur – poursuit-il – les chrétiens ont fui presque tous,  beaucoup de musulmans ont aussi quitté leur maison. Une ville de presque trois millions d’habitants se trouve maintenant quasiment vide, tellement sont nombreux les gens qui ont fui». Mg Nona dénonce comme « très étrange » le comportement de l’armée irakienne: nonobstant la présence en nombre des forces de sécurité , «elles ont laissé faire librement sans même esquisser une timide tentative de défense». Voilà pourquoi, ajoute-t-il, «la population a eu peur et s’est mise à fuir».

La condition des fuyards  – déjà au nombre de cinq cent mille au moins selon une première estimation de l’Organisation internationale pour les migrations – est désespérée. Au nord de l’Iraq, en effet, il n’y a plus aucune ong pour faire face à l’urgence et l’archevêque de Mossoul raconte que les habitants des villages de la plaine de Ninive «peinent  à accueillir encore d’autres gens, que bien vite vont manquer la nourriture et l’eau, qu’il n’est pas possible d’accueillir tout le monde…»

Le prélat chaldéen – rapporte encore AsiaNews – souhaite une solution vraie et durable de la crise irakienne», un projet à long terme «pour une nation divisée par les groupes religieux, politiques, ethniques»; il faut un «Etat fort», conclue-t-il, qui mette fin aux tueries et aux violences… Le peuple irakien est bon, il mérite une vision commune et une solution  qui soit source de paix».

Source de l’original:

http://www.lastampa.it/2014/06/11/esteri/vatican-insider/it/il-nuovo-calvario-dei-cristiani-di-mosul-o2c0BusGujXTl24SNSCbGI/pagina.html

source

Advertisements
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.